Un montage grotesque


Après une disparition qui a duré plus de quarante jours, Abdelaziz Bouteflika a réapparu à l’occasion de la visite que lui a rendue Rached Ghannouchi, le chef du parti mouvement tunisien, Ennahda accompagné de son beau fils Rafik Abdessalem Bouchlaka, ancien ministre des affaires étrangères, Lotfi Zitouni ex-conseiller du chef de gouvernement et Fethi Layadi membre du conseil consultatif (Madjliss Echoura) du mouvement Ennahda.

L’audience filmée par la chaîne de télévision publique, et dont seulement 38 secondes ont été diffusées, a fait l’objet d’un montage grotesque qui a suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux mais, aussi, beaucoup d’interrogations chez les observateurs. Montré de loin en compagnie de son hôte, Bouteflika portait un costume sombre et avait à côté de lui un bouquet de fleurs rouges avec quelques roses au milieu. Mais dès qu’il est montré de près, les fleurs ne sont plus rouges mais roses et le costume devient bleu. Un montage d’amateurs qui cache une réalité que les proches du président algérien tentent de cacher à la vue des téléspectateurs.

Belkadem, au trou !

Autre énigme c’est celle du limogeage le lendemain de cette réapparition du ministre d’Etat conseiller du président de la république et l’ex-secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem qui a effectué son  retour sur la scène politique il y a à peine cinq mois, soit à quelques jours du scrutin présidentiel du 17 avril dernier. Ce limogeage de son poste de ministre sans portefeuille est accompagné par une décision des plus bizarres n’ayant aucun rapport avec l’action gouvernementale. Le président Bouteflika (ou plutôt celui qui parle en son nom) a donné instruction au contesté secrétaire général du FLN, Amar Saadani, de mettre fin à toutes les fonctions de Belkhadem au parti et de lui interdire toute participation à ses activités. Une décision qui relève beaucoup plus du règlement de compte que d’autre chose.

Il n’y a pas longtemps un quotidien de la presse algérienne avait mis dans la bouche d’Abdelaziz Belkhadem des propos selon lesquels « le président Bouteflika ne tiendrait pas jusqu’à la fin de l’année. Une déclaration que Belkhadem a vite fait de démentir. Mais, ce genre de propos ne peut laisser Saïd Bouteflika insensible. Lui qui réagit au quart de tour dès qu’il s’agit de jeter le doute sur les capacités de son frère à gouverner, est sans aucune doute derrière cette brutale décision qui a mis Belkhadem hors circuit.

La réapparition de Boutefika sous un mauvais prétexte (la visite de Ghanouchi à Alger) alors qu’il est très mal en point (pour preuve le montage vidéo) n’a-t-elle pas une relation avec la mise à l’écart de Belkhadem ?  Sinon, pourquoi ce montage ? Que cherche-t-on à cacher aux Algériens et pourquoi cette audience accordée à un chef d’un parti politique et à laquelle on fait assister les plus hautes autorités à savoir le président de l’assemblée nationale, le premier ministre et le ministre d’Etat directeur du cabinet du président de la république ? Pourquoi le président n’a-t-il pas assisté à la cérémonie de l’Aïd El-Fitr qui est beaucoup plus importante que la visite d’un chef de parti d’un pays voisin ? Pourquoi a-t-i-il  raté le sommet afro-américain qui s’était tenu à Washington ? Ceci sans parler de son absence totale de la scène politique et son silence assourdissant sur les évènements que connaît la vallée du M’zab.  Toutes ces questions ne tarderont pas à trouver réponse dans peu de temps.

ce site a été créé sur www.quomodo.com