Les banderilles de Hichem Aboud

Hichem Aboud, dont la lettre n’était pas destinée au grand public, a demandé à Saïd Bouteflika de répondre sur son implication supposée dans l’affaire de la banque Khalifa. «Vous touchez sur tous les gros marchés dont ceux des grands travaux routiers et autoroutiers confiés à l’entreprise l’ETRHB dont vous avez fait du patron, Ali Haddad, un associé de facto qui vous verse plus de 50% de ses bénéfices», a-t-il écrit dans sa missive, dans laquelle il accable le frère cadet du chef de l’Etat et également son conseiller spécial.

Hichem Aboud va plus loin en interrogeant Saïd Bouteflika sur «la note de l’hôtel Meurice qui a abrité votre famille durant le séjour hospitalier de votre frère à Paris ?» «Certaines sources indiquent que vous aviez gonflé la note d’un commun accord avec le patron de l’établissement pour détourner une bonne somme, qui s’élèverait à près d’un million d’euros, que vous avez placée dans une banque suisse», ajoute-t-il.
Toujours dans la même lettre, Hichem Aboud affirme avoir eu des informations de «certaines sources» selon lesquelles la «fortune» de Saïd Bouteflika additionnée à celle de son frère, le Président, s’élèverait à plus de 9 milliards de francs suisses.

«Une fortune qui proviendrait de la vente du pétrole sur le marché noir international et du trafic de stupéfiants dont vous seriez l’un des plus gros bonnets», poursuit ce journaliste-écrivain vivant en France. «Votre mainmise sur le trafic de drogue consiste en l’infiltration des réseaux de gros trafiquants qui bénéficient de facilités d’introduction du haschich en provenance du Maroc pour les faire arrêter ensuite en Algérie», accuse-t-il encore.

Hichem Aboud a également demandé à Saïd Bouteflika de répondre à des accusations selon lesquelles ceux qui rechignent à payer la tchippa sont arrêtés et traduits devant la justice. «Ils vont en prison mais leur cargaison va être écoulée sur le marché algérien et les gains iront garnir vos comptes bancaires», ajoute M. Aboud, qui accuse ainsi le frère cadet du Président d’être «le chef des barons» de la drogue.    
R.P

ce site a été créé sur www.quomodo.com